Sega Forever : Altered Beast, c’est plus fort que toi !

Sega a lancé Sega Forever, une initiative plutôt sympathique sur le papier : des jeux gratuits sur iOS et Android, issus du catalogue de l'ex-géant japonais, avec possibilité de faire sauter les publicités pour 2,39 euros. Malgré la pression, on se dit que c'est une affaire. Et puis on se rend compte que l'un des jeux proposés est Altered Beast. Et là, on dit STOP !

Sega, ça a été plus fort que toi, jusqu'à ce que ce soit plus fort qu'eux. En janvier 2001, le créateur de la Master System, de la Megadrive, de la Dreamcast et de dizaines de jeux d'arcade légendaires jetait l'éponge sur le hardware en arrêtant la commercialisation de la Dreamcast. Dreamcast que je venais d'acheter, avec un flair indiscutable, mais passons.

Depuis, l'activité de Sega repose sur deux piliers : d'un côté, l'édition de nouveaux jeux plus ou moins dignes de son héritage, et de la ressortie de son catalogue sous diverses formes : présence sur les App Store mobiles, compilations sur consoles de salon ou accord de licence pour produire d'affreuses nouvelles versions ultra cheap de sa Mega Drive, qui génèrent systématiquement leur flux de news "Sega relance la Mega Drive !". Et, à chaque fois. A CHAQUE FOIS. Altered Beast fait partie du lot.

IMG_2837On se dit que c'est plutôt normal. Après tout, depuis 1993, Nintendo a dû nous resservir au moins 5 fois chaque épisode de Super Mario Bros. Mais il y a une grosse différence entre Altered Beast et n'importe quel classique Nintendo : ils ne sont pas Altered Beast.

Altered Beast (UE) (REV02) [!]007

RISE FROM YOUR GRAVE !

Remontons le temps en 1989, où Sega s'apprête à sortir sa Mega Drive au Japon. Le contexte est plutôt difficile : si la Master System a connu un joli succès en Europe, elle s'est complètement ramassée dans son pays d'origine, et a fait à peine mieux aux Etats Unis. Sega compte vendre sa nouvelle console 16 Bits comme une machine d'arcade à la maison. Basée sur une architecture "proche" (pas tant que ça en fait) de ses bornes System 16, la machine permet de recréer des sensations semblables à celles des salles de jeu.

Altered Beast (UE) (REV02) [!]002Et quoi de mieux pour démontrer la puissance de sa console que de la lancer avec des conversions des plus gros hits Sega du moment ? Outre Super Thunder Blade, autre purge infligée depuis à des générations de joueurs sans trop qu'on sache ce qu'on a fait pour mériter ça, Altered Beast fait partie des jeux disponibles "day one", comme on ne dit pas du tout à l'époque d'ailleurs.

C'est une bonne idée à la base : Altered Beast est un beat them all plutôt bien fait, et très spectaculaire pour l'époque, grâce à son ambiance gore, son univers vaguement gréco-romain et ses multiples transformations du héros, de simple centurion à montagne de muscles, puis créature changeant selon les niveaux (loup, dragon, ours, tigre…)

Sauf que, déjà, le jeu d'arcade, pensé pour engloutir des pièces, semble avoir été travaillé pour qu'on n'ait jamais à dépasser les deux premiers niveaux, tant les trois suivants sont nettement moins imaginatifs. Eh oui, il n'y en a que 5. Dont un dernier qui est une simple variation sur le premier.

Altered Beast (UE) (REV02) [!]015

WELCOME TO YOUR DOOM !

Une fois converti sur console, Altered Beast est donc un jeu très court (un joueur habile le plie en 10 minutes chrono), pas franchement passionnant, mais joli et suffisamment proche de l'arcade pour faire bonne impression. Une démo convaincante des capacités de la Mega Drive, et c'est sans doute ce qui lui a valu son inclusion dans la boite de la console aux États unis et en Europe.

Déjà à l'époque, on ne peut pas dire que la stratégie ait été couronnée de succès : il aura fallu l'audace de Tom Kalinske, PDG de Sega of America, pour oser vendre la Genesis avec Sonic The Hedgehog dès la sortie de celui-ci, pour que la console décolle outre-Atlantique. Et c'est à croire que c'est pour se venger de cette réussite, relatée dans le passionnant (et déprimant) Console Wars de Blake J. Harris, que Sega tente de nous prouver que, oui, Altered Beast était bien un classique incompris à redécouvrir sur console, sur mobile, sur PC, partout !

Altered Beast (UE) (REV02) [!]038Et à vrai dire, si on se remet dans le contexte de l'époque, Altered Beast était hype en 1989. Il faisait partie des jeux d'arcade dont on parlait, et son portage sur Atari ST et Amiga, par la filiale européenne d'Activision, était un des gros hits de fin d'année. Un cadre de Sega a même décidé qu'on pouvait tout à fait en faire une version Master System, pensant sans doute que ça se vendrait au moins en Europe. Sans surprise, c'était une catastrophe, et en fait presque une bonne publicité pour la nouvelle génération.

Altered Beast (USA, Europe)002.jpgCertes, moi-même acheteur d'une Mega Drive quelques mois après sa sortie, j'avoue un pincement de nostalgie quand j'entends résonner la musique de l'intro, qui me rappelle mes premiers instants avec cette console et le saut générationnel qui allait avec. Mais voilà quoi, c'était le plus beau jeu du monde jusqu'à ce qu'on achète sa première "vraie" cartouche, et quand celle-ci s'appelle Castle of Illusion ou Revenge of Shinobi, je ne pense pas que la bête soit souvent sortie de sa boite après ça.

Altered Beast (UE) (REV02) [!]066

Sega Forever : pourquoi tant de haine ?

Et donc, avec Sega Forever, Sega nous refourgue Altered Beast une fois de plus. Pire que ça : Altered Beast qui tourne dans une machine virtuelle même pas fichue d'assurer 60 images par seconde sur un smartphone haut de gamme, la faute à l'utilisation mal optimisée de Unity, et entrecoupé par de la publicité. On peut la supprimer pour 2,39 euros mais depuis le temps, Sega nous DOIT de l'argent pour y jouer. Encore plus quand on peut l'exécuter dans un émulateur comme Retroarch où, surprise, ça tourne parfaitement. Et bien que j'ai réalisé le test sur un Huawei Mate 9 plutôt haut de gamme, on peut faire le même constat avec Recalbox sur un Raspberry Pi sensiblement moins puissant. Sega aurait d'ailleurs contacté les développeurs de Retroarch, qui ont décliné l'offre en raison de conditions inacceptables.

Alors, trêve de plaisanterie, pourquoi nous resservir jusqu'à plus soif ce pseudo classique, et plus généralement, toujours les mêmes titres, Kid Chameleon, Comix Zone et Super Thunder Blade en tête ? Mike Evans, "Chief Marketing Officer" chez Sega, se défend dans une interview musclée de Eurogamer : "Altered Beast, c'est un jeu que de plein de gens aiment, avec lequel ils ont grandi, et c'est le jeu vendu à l'origine avec la console en 1989".

Screenshot_20170626-125536

La vérité, c'est que Sega n'a pas trop le choix, une partie de son catalogue étant aujourd'hui difficile à exploiter. Pour tenir tête à Nintendo, détenteurs de contrats d'exclusivité avec à peu près tous les éditeurs de jeu au monde sauf Electronic Arts, la division américaine de Sega avait utilisé le levier des licences : films, dessins animés, stars du sport américain, et Michael Jackson. Des jeux de qualité diverse sont sortis de cette politique, mais certains sont des références (Castle of Illusion, Quackshot) ou au moins des curiosités à redécouvrir (Taz Mania, Spider-Man, Fantasia… OK, pas Fantasia).

Et ces jeux, vous ne les reverrez probablement jamais, car naturellement, leurs licences ont expiré. Même certains emprunts anodins nécessitent parfois des modifications de l'original. Savez-vous par exemple, que Spider-Man a dû être effacé de Revenge of Shinobi pour que le jeu soit réédité ? Avez-vous remarqué que dans toutes les dernières apparitions de Out Run, notamment la version 3DS, Sega avait redessiné la voiture pour qu'elle ressemble moins à une Ferrari ? Eh bien voilà en partie pourquoi on va encore se fader Kid Chameleon et Super Thunder Blade !

Screenshot_20170626-144454.pngIl n'y a pas que du négatif à tirer de cette initiative Sega Forever. Rejouer gratuitement à Streets of Rage, Revenge of Shinobi ou* Golden Axe*, c'est sans doute juste ce qu'il faut de nostalgie pour l'écrasante majorité des utilisateurs de smartphones auxquels s'adressent ces jeux. Et il y a fort à parier qu'ils ne remarqueront pas les défauts exposés, qu'ils mettront ça sur le compte de l'âge des jeux en question. Mais quand on voit le soin apporté aux versions mobiles de Sonic, dont le premier fait d'ailleurs partie des premiers titres proposés gratuitement, ou aux 3D Classics sur Nintendo 3DS, certes payants, on regrette que le même niveau d'exigence ne soit pas appliqué aux autres titres issus du catalogue de la Mega Drive. Il est évidemment impensable de réaliser le travail colossal des remakes de Christian Whitehead sur chaque jeu. Il y a tout de même un juste milieu à trouver, qui traiterait ces bouts d'histoire du jeu vidéo avec le respect qu'ils méritent. Même Altered Beast !

Sur le même sujet :

Wonder Boy : The Dragon's Trap, une déclaration d'amour à un jeu culte
Recalbox : votre propre console rétro

Un commentaire sur “Sega Forever : Altered Beast, c’est plus fort que toi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s